Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 23:08
les 18 et 19 septembre 2009 à Marseille.

Quinze éditeurs de la région PACA invitaient et présentaient quinze éditeurs hors région au cours de ces rencontres bien plus ouvertes que leur intitulé ne le laisse paraître, l’occasion de rappeler la diversité de l’édition française et son intérêt dans un contexte de concentration au sein de grands groupes multimédias.

On pouvait y découvrir des éditeurs engagés qui défendent leurs livres et leurs auteurs malgré les difficultés auxquelles ils sont confrontés (moyens financiers, diffusion, accueil mitigé des libraires).

Deux conférences permettaient d’élargir le débat :

Conférence d’Eric Vigne, directeur de collection chez Gallimard (pas vraiment un « petit » éditeur, mais pas non plus un grand groupe multimédia) et auteur de Le livre et l'éditeur (2d. Klincksieck).
Dans mes notes :
- La prégnance de la communication audiovisuelle favorise les grands groupes multimédias, comme Hachette qui peut faire la promotion de ses ouvrages à travers les médias qui lui appartiennent (TV, radio, presse féminine…).
- Le développement de la vente des livres en grande distribution (grandes surfaces généralistes ou spécialisées) – 25 % du livre de poche – où les productions atypiques sont peu visibles voire absentes, car y figurent principalement les « meilleures ventes » des librairies classiques, c’est-à-dire un choix très limité.
- Une certaine homogénéisation des écritures et des formats dans la production actuelle.
- La définition de l’« indépendance » d’un éditeur à partir de maîtrise de son capital, qui induit l’indépendance dans les choix éditoriaux et une plus grande proximité avec la diffusion/distribution. Elle se traduit souvent (mais pas forcément) par des ouvrages plus originaux, pas forcément dans « l’air du temps », qui peuvent ainsi heurter, mais aussi faire réfléchir en offrant des points de vue à l’encontre des idées reçues.

Conférence de Francis Combes, président de l’association L’Autre Livre et directeur des éditions Le Temps des cerises
.
Dans mes notes :
Environ 3000 maisons d’éditions en France, mais deux groupes (Editis, Hachette) réalisent plus de la moitié du chiffre d’affaires, d’où de grandes disparités dans les moyens financiers, la diffusion, la distribution, la philosophie des éditeurs.
Les éditeurs indépendants sont le lieu privilégié de l’émergence d’une pensée critique qui explore les profondeurs de l’inconscient collectif.
Les éditeurs indépendants sont pénalisés en termes d’accès au marché (conditions des diffuseurs, distributeurs, libraires, possibilités de communication sur leurs ouvrages…).
Parmi les actions et revendications de l’association L’Autre Livre : interpellation des pouvoirs publics, réforme du CNL, entraide des éditeurs notamment pour la diffusion/distribution, le rôle des régions est souligné [notamment à travers les agences régionales du livre], recherche du soutien des lecteurs, militance pour « l’amour des livres »…

Bien sûr, ce n’est là qu’un très bref résumé !
Les éditeurs qui se sont présentés (ou ont présenté leurs confrères) ont permis l’ouverture vers le détail, la spécificité, mais aussi de faire apparaître les caractéristiques communes : la passion, l’engagement vis-à-vis des auteurs, du public, les choix assumés malgré les difficultés.

Ma sélection perso : Agone et L’Échappée pour la réflexion critique, Attila et Cambourakis pour le décalage et l’ouverture, Où sont les enfants et La Compagnie créative pour un nouveau regard sur le livre pour enfants, mais bien d’autres éditeurs, notamment de poésie, pourront retenir votre attention.


Partager cet article

Repost 0

commentaires