Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 11:56

Pour commencer cette nouvelle rubrique consacrée aux questions/réponses sur mes différents blogs, voici les questions de Maxime, posées sur le blog de présentation de Prophets, La Piste des Souffreurs :

 

Bonjour, 

Une auteur dont vous vous occupez actuellement m'a dit que je pouvais vous contacter en vous envoyant un message afin de vous poser quelques questions concernant l'édition. (...) J'ai 16 ans et je suis en première L. Je suis un passionné de littérature (je lis aussi bien des romans modernes que des classiques) et d'écriture. J'adore écrire. Mon rêve, c'est d'être publié un jour. Pour le moment, je reste dans mon coin, je bouquine et j'écris dans le but de m'améliorer, mais je ne songe pas encore à être publié, ce sera dans longtemps car je préfère avoir un meilleur niveau et un style qui m'est propre. J'ai remarqué qu'à force de lire des romans classiques, dont l'oeuvre de Maupassant, des romans de Camus ou aussi bien des romans de Balzac ou de Stendhal, ma plume s'est améliorée. Pour moi, lire est un plaisir, mais c'est aussi une étude des sociétés passées ainsi qu'un enseignement ; l'auteur écrit, mais son style d'écriture nous instruit, et à force de lire, on commence à être influencé, et dès qu'on écrit, on voit notre style changer et s'améliorer. Ecrire est aussi un bon exercice pour s'améliorer. J'écris beaucoup de nouvelles, mais très peu m'ont satisfait (...). Aussi je cherchais un autre moyen pour pouvoir progresser. Ecrire et lire sont une bonne chose, mais il serait bien aussi d'avoir en tête les exigences des éditeurs. C'est pourquoi je me permets de vous contacter. J'aurais aimé savoir ce que vous attendez d'un auteur qui se présente chez vous pour vous donner un manuscrit à publier. Préconisez-vous un thème original ? Un genre d'écriture moderne, ancien, ou alors original ? Une écriture fluide, une ambiance particulière, une description figée "à la Balzac", comme dirait mon professeur principal, ou alors des scènes d'action ou de romance ? En fait, je n'arrive pas trop à exprimer mes idées. J'ai des questions mais… elles sont indisciplinées. Donc je souhaiterais juste connaître le côté des éditeurs, leur travail, leurs attentes, leurs espérances… parce que, une fois que je les connaîtrais, je pourrais les prendre en compte pour l'écriture de mes prochaines nouvelles. Je saurais où me diriger pour m'améliorer dans certaines mesures. Là j'étais parti pour m'améliorer au niveau de la description des émotions et de l'ambiance, et ça commence déjà à venir, mais il y a sûrement des détails que j'ai pu omettre et qui sont très importants. J'ai parcouru votre site officiel, et j'ai vu que vous accompagniez un auteur jusqu'à la publication. Donc vous lisez, vous critiquez, puis vous l'aidez à modifier des passages, à réécrire des endroits maladroits… C'est vraiment génial comme suivi, c'est une bonne initiative qui, après le temps qu'il faut, paye ! En tout cas, vous faites un super travail, et les couvertures sont magnifiques ! (notamment celle du livre Le Meurtre des nuages que j'aime particulièrement). Bonne fin de semaine, Maxime.

 

Ma réponse à Maxime :

 

Bonjour Maxime,

Tout d’abord, je trouve ta démarche très sensée : travailler d’abord son écriture, et se renseigner sur l’édition pour plus tard.

Il est clair que lire beaucoup (des classiques aussi bien que des modernes) apporte énormément quant à l’utilisation de la langue française, enrichit le vocabulaire, donne un aperçu des sujets traités et des manières de le faire.

Comme tu le dis : « écrire est aussi un bon exercice pour s’améliorer. » À vrai dire, je n’en connais pas de meilleur, surtout si tu prends en compte les observations bienveillantes que peuvent te faire tes lecteurs (je ne parle pas de ceux qui te diront « ouais, c’est super – point », ou « c’est trop nul – point », mais de ceux qui te feront des critiques constructives du style « on confond les personnages », « on ne comprend pas tel ou tel aspect de l’histoire », « le vocabulaire n’est pas assez précis, ou trop banal, ou trop compliqué », etc.). Relire son texte avec soin permet non seulement de le corriger, mais aussi de travailler l’expression pour la rendre plus fluide, en choisissant peut-être un vocabulaire plus adapté ou en améliorant la construction des phrases.

Un autre exercice intéressant consiste à faire de son mieux sur un texte, le peaufiner comme s’il devait être publié, puis à le mettre de côté et à « l’oublier » pendant quelques mois. Il y a de fortes chances pour que, le jour où l’envie te prend de travailler à nouveau sur ce texte, tu le voies d’un autre œil, avec un regard neuf qui te permettra de lui apporter de notables améliorations, quitte à supprimer ou remanier entièrement certains passages, voire à en ajouter d’autres qui te paraîtront manquer ou à modifier leur agencement (telle partie avant telle autre).

En ce qui concerne les « attentes » des éditeurs, tous les éditeurs sont différents et ne recherchent pas la même chose. Avant de solliciter un éditeur, il convient toujours de s’intéresser à ce qu’il publie afin de savoir si l’on entre ou pas dans sa « ligne éditoriale ». Une visite de leur site internet s’impose : pages relatives à la soumission de manuscrits et catalogue de l’éditeur. Les collections font généralement l’objet d’une présentation qui permet ainsi de vérifier que ce que l’on souhaite proposer correspond. L’achat (ou au moins la consultation) de quelques-uns de ses livres est également le bienvenu et permet de voir à quels textes il aura été sensible (acheter leurs livres soutient également les petits éditeurs qui prennent plus de risques que les gros – il ne faut pas oublier qu'un éditeur qui ne s’en sort pas ne pourra plus publier aucun jeune auteur).

La plupart des maisons d’édition ont un comité de lecture qui permet d’avoir plusieurs regards sur un texte, néanmoins, comme c’est l’éditeur qui investit, c’est lui qui choisit, et le « coup de cœur » est très important pour la plupart d’entre eux. Après, certains s’attachent plus au style, au domaine traité, au genre littéraire… c’est quelque chose qui transparaît dans le site internet de l’éditeur et les livres qu’il publie.

Ce qu’il faut rechercher, c’est l’adéquation entre son texte, sa personnalité propre, et les éditeurs qu’on va solliciter, et non écrire en fonction de tel ou tel éditeur, ça, cela ne fonctionnera jamais (ou alors il faut avoir beaucoup de « métier » ^^). Comme beaucoup d’autres éditeurs, je recherche avant tout une certaine authenticité, une sincérité de l’écrivain, qui ne va pas chercher à se couler dans un moule mais au contraire s’exprimer d’une façon très personnelle. Un thème original + une intrigue cohérente et bien menée + des personnages crédibles + un style d’écriture personnel et plaisant sont indéniablement des atouts, mais parfois quelques-uns seulement de ces critères seront suffisants si l’éditeur estime qu’un travail éditorial en amont permet d’amener le texte au niveau requis. Concernant la préconisation de tel type de description, d’écriture, de scènes d’action ou de romance, c’est généralement une question d’équilibre, mais là, la balle est dans le camp de l’écrivain : c’est à lui de nous faire aimer l’alchimie qu’il pratique avec les mots.

J'espère que ces conseils te seront utiles et je te souhaite de continuer à prendre beaucoup de plaisir à écrire, même en dehors de toute publication, cela t'apportera beaucoup sur un plan personnel et professionnel.

 

En espérant être utile à d'autres...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

finou 29/09/2011 23:20



tres interessant ce blog


je t'invite a venir decouvrir mon blog et a y laisser tes commantaire,cela m"aidera surement


http://brodysong.unblog.fr



Muriel Pineau 29/09/2011 09:39



Bonjour Isabelle, j'ai lu ton billet avec intérêt. Je pense qu'un jeune auteur peut s'exercer à l'écriture en animant un blog, se faire connaître par ce biais et ainsi, avoir des retours de
lecteurs sur leurs écrits. Je suppose que les jeunes dont tu t'occupes, ont la plupart du temps un blog, n'est-ce pas ?



Isa 29/09/2011 11:11



Bonjour Muriel,


Ta remarque est tout à fait judicieuse, et la tenue d'un blog présente en effet ces avantages. J'invite ceux qui n'en seraient pas convaincus à visiter les blogs de mes jeunes amis des skyblogs,
dont la plupart tiennent un "blog roman", un "blog chroniques de livres", ou autre en lien avec la "chose littéraire". Bien entendu, tous les niveaux s'expriment à travers ces blogs, mais je
considère qu'ils sont avant tout l'image d'un processus dynamique vis à vis de l'écriture et de la lecture.



Paradoxalement, les deux auteures que j'ai publiées pour l'instant ne sont pas du tout "branchées" Internet (malgré quelques efforts de SoFee), car je ne publie pas des blogs mais des livres. L'auteur doit faire la démarche de m'envoyer un manuscrit complet, abouti, publiable selon lui, ce
qui n'est pas toujours le cas des textes des blogs qui sont adaptés à ce format spécifique (chapitres très courts par exemple, ou fin qui n'arrive jamais). Néanmoins, le blog constitue un bon
entrainement, permet de tester ses idées et apporte une entraide entre bloggeurs.


J'ajouterai cependant que la prochaine sortie des Netscripteurs sera le fait d'une personne très active sur le Net, notamment par ses blogs et ses interventions dans des forums, et que ce sont
ses blogs qui m'ont donné envie de la publier. Comme quoi...



Dominique 28/09/2011 13:17



La question comme la réponse sont très claires. Toutes deux devraient être intégrées par tous les auteurs qui veulent être édités à tout prix, sans même se préoccuper ni de leur qualité
d'écriture ni de la ligne éditoriale des éditeurs à qui ils envoient leurs manuscrits.